Prog du Mois

Jeu

04

Aoû

Le Champ Commun a un an! PDF Imprimer Envoyer

Ce Champ pas si commun fleurit d'idées et de projets - Augan

dimanche 27 mars 2011

12LD561_2412186_1_px_470_

Reportage

Au Champ commun, l'accueil se fait avec un claquement de bise. Et un tutoiement de rigueur. Installée dans le paysage augannais depuis un an, cette structure coopérative est née de l'envie, et d'un léger brin de folie, d'un groupe d'amis. Certains sont du Nord de la France, comme Yann Cormont et Mathieu Bostyn. D'autres de Bourgogne ou de Bordeaux. Et quelques-uns d'Augan. Tous avaient en commun l'idée de créer « une activité en milieu rural, de répondre aux besoins locaux en créant des emplois de manière coopérative ».

Un bébé conçu et élevé à plusieurs, qui soufflait, hier, sa première bougie. L'anniversaire était célébré avec la dizaine de permanents, une bonne partie des 90 associés et des clients réguliers de cette société coopérative d'intérêt collectif. Un statut qui date de 2001. « En 2010, il en existait 150 en France, c'est aujourd'hui en train de se développer », précise le gérant du lieu, Mathieu Bostyn. Aujourd'hui, le Champ commun emploie sept salariés, comptant pour quatre équivalents temps plein.

En dehors du bar, qui accueille des concerts une ou deux fois par semaine, des conférences, des projections de films ou documentaires, le Champ commun abrite une épicerie, le « garde-manger », qui allie produits dits conventionnels et aliments issus de l'agriculture biologique ou du territoire local. « Nous avons 1 200 références en conventionnel, 350 en certifié bio et 200 locaux, explique Mathieu Bostyn. L'idée n'est pas de faire du tout bio, mais de proposer une large gamme de choix pour tous publics. »

Populaire et tous publics. Ce sont les leitmotivs de ce lieu, dont le slogan est « tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ». Mais en territoire rural, il a fallu se faire accepter par la population locale. « Il a fallu faire nos preuves par le travail, sourit Mathieu Bostyn. Montrer que l'on n'était pas un groupe de Beatnik utopiques ! L'autre inquiétude des gens a été que l'on allait faire de la concurrence aux autres commerces, alors que notre but, justement, est de faire vivre le commerce de proximité ! »

Et les chevilles ouvrières de ce Champ hors du commun nourrissent de nombreux projets. En dehors du transfert du bar dans une autre salle de cette ancienne maison, qui laissera place à une salle de réunion pour des collectifs et associations, les permanents et associés envisagent la mise en place d'une épicerie ambulante, pour livrer des commandes aux personnes âgées du secteur. Autre projet en cours : l'installation d'une micro-brasserie. « Pour nos deux ans, on espère trinquer avec une bière fabriquée ici, l'Augannaise ! », sourit Yann Cormont.

Le Champ commun organise, mercredi, une soirée autour du nucléaire, avec le collectif de Brocéliande, à 20 h.

Kate STENT.